«Plaise à Dieu et à l'humble serviteur de Dieu,
Jean Sempé,

de nous soutenir dans notre tâche.»
– ABBÉ JULIO –


Jean Sempé, guérisseur de Jésus
SAINT JEAN DE VINCENNES,
guérisseur de Jésus,
époux modèle,
vous dont la foi en Dieu et l'humilité étaient parfaites,
priez pour nous.
Rose bleue
_________________________

 

Par PAUL DAVILA+
Mission St-Jean Sempé, HCC

INTRODUCTION:
Qui était saint Jean de Vincennes?

Personne n'en sait pas grand chose, en vérité. Depuis la mort de l'abbé Julio, le personnage est tombé dans l'oubli. Sans doute notre mission et notre site internet sont les seuls à adopter son saint patronage.

Jean Sempé est un mystère doublé d'un guérisseur mystique comme le monde en a rarement vu. Et comme il n'en voit plus guère, – ce qui n'est pas pour étonner les hommes intuitifs (pour reprendre une expression de l'abbé Julio).

Son "élève" et biographe, Mgr Julien-Ernest Houssay (le désormais célèbre abbé Julio), en révèle fort peu dans son premier livre,
"Prières merveilleuses pour la guérison de toutes les maladies physiques et morales" ('morales' devant être compris comme 'psychiques'). Une biographie du personnage a été rédigée par l'abbé, qui la proposait à la vente en 1907, et dont il fait mention dans ses Grandes Prières merveilleuses.
 

Grands Secrets Merveilleux 1907

Fac-similé de l'édition originale (1907) des Grands Secrets Merveilleux, de l'abbé Julio.
Dans la liste de ses publications, page de gauche,
figurait bel et bien la biographie de Jean Sempé;
cette seule petite inscription m'a permis durant des années
de ne pas abandonner l'idée qu'une biographie complète de Jean Sempé
existait, bel et bien.
(Cliquez sur l'image pour agrandir.)


 

I.

La biographie de Jean Sempé, par son disciple

C'est sans doute à cause des deux Guerres mondiales (14-18 et surtout 39-45 et de l'Occupation), que très peu d'exemplaires originaux de cette biographie nous sont parvenus, dont quelques-uns se trouvent enfouis dans des bibliothèques, notamment à Genève, en Suisse. Aucune grande édition n'a estimé qu'il valait la peine d'être édité. En 2015, un privé qui détient physiquement l'ouvrage quelque part en France m'a fait parvenir par courriel les photos de la page de titre, suivi de la table des matières.

 

Jean Sempé_biographie1 Jean Sempé_biographie2
 

La valeur de cet ouvrage réside dans le fait qu'il décrit la vie d'un saint. C'est à dire une personne dont les actes et les paroles étaient celles que l'on peut attribuer à un saint. Mais attention: nous ne signifions pas cette bien triste addition appelée "liste de l'héroïcité des vertus" selon laquelle l'Eglise de Rome juge quelqu'un apte ou inapte à la sainteté (liste dont on se doute du contenu).

Jean Sempé accomplissait des guérisons miraculeuses au nom de Jésus, certes, mais il n'avait pas d'intérêt marqué pour l'institution eccésiale, pour son pape et ses dogmes, ses institutions, etc. – Trop mystique, notre homme. Et courageux, à l'instar de tous les saints. "Vivons cachés, vivons heureux" n'était certes pas la devise de Jean. Il déclinait son identité sans crainte, et ce à une époque où même la liberté de la presse n'était qu'à ses premiers balbutiements – déclarant haut et fort ce qu'il était: un guérisseur. Plus tard, son seul disciple connu, l'abbé Julio, devait lui donner le titre de magnétiseur (c'est par ce terme assez vague que l'on désignait les guérisseurs vers la fin du 19e siècle). Bien pis: il était marié, ce qui lui fermait pour toujours la porte aux ordinations majeures et le disqualifiait complètement aux yeux de l'Eglise.

Une autre vertu de Jean Sempé était une confiance inébranlable en Dieu. Jean était "un homme de foi", autre terme devenu vieillot. En réalité, Jean Sempé n'avait pas la foi: il savait, depuis son enfance, que Dieu est vivant et toujours présent, et qu'Il guérit par intermédiaire de son Christ. Dans ce sens, il était au bénéfice de la "foi qui déplace les montagnes" dont nous parle l'Evangile: et là résidait toute sa force. Il ne prit jamais de cours pour devenir guérisseur, – ni fréquenta des cercles de magnétiseurs, très répandus à l'époque. Il développa ce don avec un maître spirituel; il devint lui-même, beaucoup plus tard, le maître spirituel de l'Abbé Julio.


Se parateur1










EXTRAIT de: «Jean Sempé, le magnétiseur mystique», par l'Abbé Julio, p.57 du manuscrit original

   Les fréquentes visites de Jean Sempé à Paul Barraque furent remarquées des gens de la commune, et bientôt le bruit se répandit que lui aussi était devenu magicien.

   Le curé de Bénéjac, qui aimait beaucoup le jeune homme, le pria de venir au presbytère: il avait une importante communication à lui faire. Jean accepta l'invitation et se trouva avec tous les prêtres du canton qui l'entourèrent curieusement. M. Navarra, curé de Bordères, s'avança vers lui en souriant:

   – Est-ce avec Lucifer ou Belzébuth, dit-il, que tu as fait un pacte?
   – C'est avec Jésus, répondit Jean, avec mon Dieu, qui jusqu'à ce jour m'a gardé de tout mal; avec Marie, ma mère, qui me protège contre les embûches du démon.

   En prononçant ces paroles, la figure de Jean semblait illuminée, son oeil était ardent et son sourire comme empreint d'un infini sentiment d'amour divin.

Tous les prêtres présents, qui ne cherchaient que l'occasion de se moquer et de rire à ses dépens, devinrent sérieux (...). A partir de ce jour, on essaya par tous les moyens de le faire entrer dans le sacerdoce ou tout au moins d'en faire un moine. Avoir dans le sanctuaire un thaumaturge qui détournait les orages, arrêtait la grêle, guérissait les malades, ou du moins passait pour tel aux yeux du vulgaire, quelle aubaine et quelle enseigne  pour la confrérie! Il fallait tout tenter pour gagner une telle recrue...

Se parateur1








Si Jean Sempé s'était détourné de l'Eglise romaine, il ne s'est jamais détourné du Christ. – Probablement n'embrassa-t-il pas la voie presbytérale parce qu'il voulait se marier. Sa femme, plus tard, il ne la quitterait jamais – si ce n'était pour aller travailler... ou faire son temps en prison, où on le jeta après un faux témoignage à son encontre.

Jean n'adhérait pas à la franc-maçonnerie (comme le 80% des prêtres et des évêques des Eglises gallicanes, libérales, etc. de jadis et d'aujourd'hui); il ne fréquentait ni les  cercles ésotériques, ni les tables rondes des spirites, ni les loges paramaçonniques. Cet homme, qui entre autres arrêtait la grêle et détournait les orages par la simple prière, était avant tout, et il demeurait, le guérisseur de Jésus, et ainsi ses pouvoirs de guérison furent multipliés, atteignant une impressionnante puissance. Un tel homme atteindrait de nos jours la célébrité et on lui témoignerait un grand respect; mais le siècle de Jean Sempé était celui de l'oppression, de l'ignorance, de l'hypocrisie, de la frustration et de la maladie; son siècle était celui de la guerre, de l'extermination et de l'exploitation de peuples entiers; un siècle qui portait en lui le germe mortel de l'industrialisation et donc de la fin du monde. (Pourquoi pensez-vous que des apparitions mariales si importantes aient eu lieu au 19e siècle?)  C'est de ce siècle qu'émerge l'oeuvre salvatrice de l'Abbé Julio, qui divulgue au peuple et à tout un chacun – à tout chrétien!, puisque pour mettre en pratique les livres de l'abbé Julio, il faut être baptisé – les armes de guerre de la voie spirituelle chrétienne. 

Abbe julioC'est du 19e siècle qu'émerge l'oeuvre salvatrice de l'Abbé Julio, disciple de Jean Sempé – une oeuvre qui exhume de vieux exorcismes et invocations comme on invoquerait le Feu de Dieu. C'est de ce siècle froid, arrogant, colérique et meurtrier, de ce siècle dans lequel s'enracinent toutes les souffrances du 20e siècle et la guerre mondiale spirituelle qui a lieu en ce 21e siècle –  qu'émerge l'oeuvre de l'abbé Julio. Ses livres, basés sur l'enseignement de Jean Sempé, tous fruits d'une très grande érudition, ont été publiés à compte d'auteur. Puis, pendant 50 ans, ils tombèrent dans l'oubli. – Aujourd'hui, ces livres sont à notre disposition comme autant de moyens de défense contre les fruits du mal (principalement) semés au 19e siècle, mal qui maintenant vient à pleine maturité. – Ces livres divulguent à tout un chacun les armes de guerre de la voie spirituelle chrétienne. Ces armes, l'Eglise de Rome les avait escamotées, enterrées, afin que personne – prêtres compris, surtout les prêtres! – n'aient point accès à ces puissants antidotes contre les poisons de Satan.

Jean Sempé, le guérisseur de Jésus, vivait en plein milieu de ce 19e siècle, et il savait que les "miracles", tels qu'on les définit, n'existent pas. Jésus ne faisait pas de "miracles"; Jésus exerçait de droit la puissance de Dieu sur terre et tous ces actes sont autant de SIGNES. Il n'y a rien de miraculeux dans les apparitions de Lourdes, par exemple; il n'y a que Volonté divine de se manifester à un moment crucial pour l'humanité. Quand Dieu Père-Mère veut se manifester, IL/ELLE le fait, un point c'est tout. Ce que M. Sempé percevait, dans les guérisons qu'il opérait, c'était tout simplement l'Energie de Dieu en action... et aussi Sa grâce, qu'il avait obtenues grâce à une clé dorée: LA FOI EN DIEU.

La biographie écrite par l'abbé Julio est un document historique. – Jean Sempé l'a-t-il lu?... Forcément, puisqu'il fut publié à compte d'auteur un an avant sa mort – et qu'on voit mal un Abbé Julio ne pas lui faire parvenir un exemplaire...

D'un point de vue littéraire, l'ouvrage 'ne casse pas des briques' comme on dit, et peut être était-ce fait exprès; on y sent un brin de timidité, une plume toute pénétrée de respect; le ton est poli, toujours, comme il était d'usage à l'époque; mais on reconnaît bien la plume combattive et un brin ironique de l'Abbé Julio. D'ailleurs, certaines scènes sont carrément dignes d'un roman de Jack London   ;-))

Cela dit: cet ouvrage ne fera pas le bonheur des exités du paranormal, les fans de symboliques compliquées et autres ésotéristes du week-end, puisqu'il relate tout simplement la vie d'un guérisseur oeuvrant par la puissance du Verbe de Dieu; celle d'un  mari modèle, un homme courageux, un aventurier même, fidèle au Christ et à la très sainte Vierge, qui a marché sur cette planète en accomplissant des guérisons inexpliquées par centaines.


Ce livre nous plonge dans une époque socialement révolue, mais dont la frilosité et l'hypocrisie perdure jusqu'à nos jours. Et ce livre, le voici: il m'a grâcieusement été envoyé par "Laurent", quelqu'un qui souhaite garder l'anonymat et qui habite en France, et par "Jean-Robert", informaticien habitant la Vendée. Il s'agit d'une copie numérisée provenant de Google, que nous remercions au passage.

Jean Sempe_biographie

    Biographie Jean SempeBiographie Jean Sempe (6.62 Mo)


N.B. – La valeur historique de ce document est certaine. Il relate force détails la vie mouvementée (et même tourmentée) d'un guérisseur Formule-1 (comme dirait Pierre Jovanovic) qui a toujours refusé de s'enrichir avec le puissant don de guérison qui lui avait été transmis.

 

II.

L'invocation

L'abbé Julio nous a laissé une prière d'invocation à saint Jean de Vincennes, reçue par voie d'inspiration (cf. en fin de cette page). On remarquera en particulier que cette invocation, qui s'adresse à Dieu par intermédiaire de Jean Sempé, ne concerne pas seulement nos propres personnes, mais qu'elle engage au combat spirituel et à l'action de grâce. Il est très important de rappeler ceci dans une société pétrie de craintes diverses et plombée de vices, dont un "matérialisme spirituel", où le seul objectif de la prière serait d'obtenir ce que l'on désire et d'accroître son propre "bien-être". – En effet: il n'y aurait pas ces dizaines de milliers de visiteurs, dans les sanctuaires mariaux (en commençant par Lourdes) si tous ces bons catholiques n'étaient d'abord intéressés à sauver leur peau. Or, le Christ a dit: «Qui veut sauver sa vie, la perdra...». Signifiant par là l'égoïsme fondamental qui sous-tend si souvent nos pratiques religieuses.

Julio affirmera avoir obtenu cette prière (toujours dans ce style flamboyant qui lui créa des problèmes chez les frileux), "par voie médiumnique". Dans le petit recueil de prières chrétiennes et fort anciennes, utilisées par Jean Sempé dans son activité de guérisseur et compilé en 1895 à Vincennes, l'abbé Julio présente cette invocation en stipulant qu'elle avait été "dictée d'une façon extraordinaire".


Abbe Julio travaillant"Cette invocation a été dictée dans une communication médianimique par les esprits supérieurs, au milieu desquels se trouve Jean Sempé délivré de ses liens terrestres, mais continuant toujours au milieu de nous la sublime mission dont Dieu l'a chargé. (...) Elle sert tout particulièrement à ceux et à celles qui, voulant continuer l'oeuvre de Jean Sempé, entreprennent de guérir leurs semblables, en usant des moyens et des prières contenues dans ce livre. Car ne l'oublions pas, jamais Jean Sempé n'a prétendu avoir obtenu pour lui seul le privilège de guérir; toute personne dont l'âme est droite et pure possède ce don en elle même."

Je me dois ici, non seulement de confirmer la véracité de ces dires – Jean Sempé n'omet jamais de répondre à mes demandes d'intercession auprès du Christ, réalisant bien des guérisons, des plus anodines aux plus importantes, et ce depuis maintenant une dizaine d'années; mais je dois aussi préciser que notre homme avait reçu ce don dans sa jeunesse, par un autre vieillard – don qu'il transmettra plus tard à l'abbé Houssay.



Sempé Prières merveilleusesDe tous les livres publiés par l'abbé, c'est sans doute celui-ci le plus émouvant, surtout parce qu'il est d'une grande simplicité et qu'il ne contient en effet, que les prières chrétiennes dont Jean de Vincennes se servait lui-même. "Ces Prières Merveilleuses, que nous donnons dans ce petit volume, sont les prières même de Jean Sempé, écrit l'abbé Houssay. Merveilleuses elles sont, en effet: car à maintes reprises, nous en avons été témoin, elles opéraient de vraies merveilles, lorsque Jean Sempé les prononçait sur les malades."

Oui. J'ai rencontré des guérisseurs et des rebouteux laïcs, qui utilisent ce livre en toute discrétion et avec une profonde gratitude. Et combien de courriels ne me sont-ils pas parvenus, depuis l'ouverture de ce site, de la part de personnes confirmant en toute humilité leur confiance dans les intercessions de Jean Sempé!

Exposé très tôt aux foudres ultramontaines (qui allaient redoubler de force dès la publication de ce petit ouvrage), Julio écrit: "Nous ne sommes pas des empiriques ou de vulgaires charlatans, encore moins usons-nous de magie ou de sortilèges, comme pourraient le prétendre certains esprits jaloux et fanatiques. Nos regards s'élèvent bien plus haut que leurs petites rancunes de boutiques. Nous ferons le bien quand même, avec ou sans leur permission."



III.

Vincennes, 1888: une rencontre décisive

Il n'est pas lieu ici de publier le C.V. de l'abbé Julio; sa biographie, vous la trouverez partout. Je me bornerai donc à dire que c'est à Vincennes, près de Paris, que le bienheureux abbé, après bien d'aventures et de mésaventures, allait rencontrer le guérisseur et laïc, Jean Sempé.  (La plus grande de ces mésaventures fût bien la guerre contre la Prusse, qui éclata en juillet 1870, et à laquelle Julio participa en tant qu'aumônier, sauvant des centaines de vies; lors d'une de ses missions de rescousse de jeunes soldats français, il fut capturé par l'armée allemande et tabassé toute une nuit; sa santé devait s'en ressentir durant des années.)

Nous sommes en 1888, soit trois ans après sa démission définitive de l'Eglise catholique et romaine. Et cette rencontre allait être décisive.


Abbe Julio signaturePeu importât que l'abbé Julio eût fréquenté des cercles ésotériques, des mages, Martinistes et autres initiés dont la réputation perdure jusqu'à nos jours; le très catholique Jean Sempé, vieux sage sans disciple ni école, allait bouleverser de façon radicale la vision de Julio, en commençant par celles qu'il avait du rôle (ésotérique) des prêtres, du rôle (théurgique) des sacrements et de celui (magique) de la prière structurée et des bénédictions – même celles prononcées par des laïcs baptisés. C'est pourquoi les livres de l'abbé Julio sont une clé pour déclencher un torrent d'Energie divine sur le monde et donc combattre les Forces sataniques dans tous ses aspects: même en les mettant entre des mains de laïcs. Tout cela, tout ce que Jean Sempé lui révéla ou lui fit comprendre, allait soudain bien au-delà de tout ce qu'il avait pensé...

A la base de la mission de ce guérisseur extraordinaire: 1.- l'amour pour Dieu, 2.- l'amour pour ses semblables ET 3.- l'amour pour les créatures animales et végétales – suivant ainsi le seul vrai commandement de Jésus: AIMEZ TANT QUE VOUS POUVEZ, amen. Puis une vie très simple et dépouillée, une vie de travail, et tout cela doublé d'une seule volonté: libérer les créatures de leurs infirmités physiques et psychiques, par la prière adressée au Christ. Mais cette prière, s'il l'employait avec une foi dépouillée et profonde, se basait sur certaines règles et principes précis – celle, notamment, de faire appel, dans la prière, à des archétypes tirés des saintes Ecritures, méthode dont l'origine se perd dans la nuit des temps. La puissance de la prière est en effet accrue, et fait grandement effet, lorsque l'on cite des passages des Evangiles, ou encore des noms de prophètes tirés de l'ancien Testament, le tout de manière précise et ordonnée.

Voici ce qu'on peut lire dans la fameuse petite biographie de l'abbé Julio, écrite par Robert Ambelain, intitulée L'abbé Julio - Sa vie, son oeuvre, sa doctrine:

«C'est vers cette époque (1888), qu'il rencontre Jean Sempé, extraordinaire voyant, guérisseur mystique, opérant par la seule prière. Jean Sempé, qui devait mourir le 9 janvier 1892, à Vincennes, déclarait volontiers qu'il ne devait aucun de ses pouvoirs à la naissance, mais bien à une transmission, reçue également d'un autre vieillard, en sa jeunesse. Il se contentait de prier, faisait prier avec lui, bénissait de l'eau, du sel, de l'huile, et chassait tout mal "au nom de Jésus-Christ", que le malade fut en sa présence ou qu'il fut au loin.

Ce don, il le transmit à son tour à l'abbé Julio. Il lui révéla que la clé simple de la mise en action de cette transmission était la Prière, pas la simple prière banale, la récitation d'oraisons de type très général, mais celle que l'on charge d'obtenir de Dieu une grâce bien précise, en la reliant à son archétype initial, toujours inclus dans les Saintes Ecritures
.

Et l'abbé Julio à son tour, pria, guérit, consola, avec les dons, les prières et le même succès que Jean Sempé.»

Jean Sempé.jpg
______________________________________
 

EXTRAITS
Saint Jean de Vincennes, par l'abbé Julio
(tirés de la préface aux Prières Merveilleuses, 1895)

Le 9 janvier 1892, mourait, à Vincennes, un homme plein de jours et de vertus. Ce juste s'appelait Jean Sempé. Il était d'une grande simplicité et n'avait aucune espèce d'instruction; néanmoins il fut grand devant Dieu et bon nombre de personnes en France, voire même à l'étranger, l'ont pleuré et le pleurent encore; car la renommée de ses bienfaits, nous pourrions dire des miracles de guérison obtenus par ses prières, s'était répandue un peu partout; et chaque jour de nombreuses visites de malades, des lettres de demandes encore plus nombreuses, affluaient dans son humble retraite de la rue Fontenay.

Ce bon et saint vieillard, nous avons eu le bonheur de le connaître personnellement, et l'honneur de devenir son ami le plus intime, ainsi que son biographe fidèle, durant les derniers jours de sa vie terrestre. Longtemps nous l'avons vu à l'oeuvre, et mieux que personne nous savons tout le bien qu'il a fait autour de lui.

Nous ne raconterons pas ici la vie de JeanSempé, faite de simplicité, de dévouement et d'amour pour ses frères.

Cette extraordinaire puissance de guérir lemaladies les plus désespérées, Jean Sempé la possédait au plus haut degré: c'est par centaines qu'il faut compter les guérisons opérées; mais Jean Sempé déclarait humblement qu'il n'avait pas cette puissance en lui-même; il l'avait reçue d'un autre vieillard. Il priait, disait-il, faisait prier avec lui, bénissait ou magnétisait de l'eau, du sel, de l'huile, et chassait tout mal uniquement au nom de Jésus et par Jésus, que le malade fût en sa présence ou très éloigné.

C'est ainsi qu'il vécut et passa au milieu de nous en faisant le bien, et maintenant il a reçu sa récompense. Sa dépouille mortelle repose au cimetière de Vincennes, et sur sa tombe vont le prier et l'invoquer ses nombreux et fidèles amis.

(...)

« La mission qui nous a été confiée, écrivait-il et nous a-t-il répété maintes et maintes fois, – ce don divin que Dieu, dans sa bonté infinie, a daigné nous accorder pour nos frères et nos sœurs, c'est de guérir toute maladie désespérée, quelle qu'elle soit; c'est de consoler ceux qui pleurent, de vaincre partout et chez tous l'Esprit du mal et de donner aux grandes âmes la jouissance suprême, qui est la possession de l'Infini, autant qu'âme humaine en puisse avoir la capacité. Ce don merveilleux de guérir et de consoler ne périra pas avec nous. C'est un serviteur de Dieu qui nous l'a donné; nous aussi nous la donnerons à un autre serviteur de Dieu (...)."

Ce jour et cette heure sont venus: c'est à nous que Jean Sempé a confié tous ses papiers, à nous qu'il a donné son précieux et antique livre de prières, à nous qu'il a livré ses merveilleux secrets de soulager ou de guérir toute maladie physique ou morale, avec charge expresse de ne pas laisser périr ce don, mais de le transmettre à notre tour, selon l'inspiration de l'Esprit, à quiconque remplit les conditions nécessaires pour le posséder.

(...)

Ces antiques prières, ces livres précieux, Jean Sempé nous les a transmis, avec puissance de les transmettre à notre tour.

(...)

Pour la plénitude du don de guérison, le désintéressement est en effet la condition première. Aussi Jean Sempé fut-il pauvre toute sa vie; s'il ne mourut pas de faim, c'est que parmi tant de personnes qu'il guérit, il s'en trouva quelques-unes qui, reconnaissantes et généreuses, veillèrent à subvenir jusqu'au dernier moment à tous ses besoins matériels, auxquels ce saint homme ne songait guère, ne pensant qu'à prier Dieu, à conjurer les mauvais esprits, à guérir tous ses malades. Il a passé en faisant le bien, mais il n'en a pas acquis.

(...)

Nous ne craignons pas de trop nous avancer en affirmant un secours certain dans tout ce qui sera demandé par cette aide puissante. Ce que nous avons TU déjà dans le passé, en fait de guérisons et de consolations obtenues au moyen des Prières merveilleuses – tout cela depuis la mort de notre saint ami – nous est une garantie assurée de l'avenir. Plaise à Dieu et à l'humble serviteur de Dieu, Jean Sempé, de nous soutenir dans notre tâche, pour la plus grande gloire de son Nom et le soulagement de nos frères et sœurs en Jésus-Christ.


Paris, 25 décembre 1895.

L'Abbé JULIO

__________________________

 
 
Voici
L'INVOCATION
A ST-JEAN DE VINCENNES
ET MGR ERNEST-LOUIS HOUSSAY
(dit l'Abbé Julio)

destinée à celles et à ceux qui accordent leur confiance
à la sainteté et à la puissance de leurs intercessions,
et voulant faire le bien de manière désintéressée.

PAUL DAVILA +

Se parateur1



INVOCATION
A ST-JEAN DE VINCENNES ET ST-ERNEST-LOUIS HOUSSAY:
JeanSempe_priere.jpg
 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×